* FAQ  * Rechercher  * @Gimlao  * Mumble
 * Connexion
Nous sommes actuellement le Lun 18 Déc 2017 20:20:31
  Consulter les messages sans réponse
Consulter les sujets actifs



Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : Mer 10 Oct 2012 15:45:25    Sujet du message : Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Aucune Étoile du Temps

Message(s) : 12
Inscription : 04 Oct 2012

Hem, premier texte posté sur le net... Et il date un peu (beaucoup même ^^') Mais bon, il faut bien commencer quelque par alors voici en exclusivité un texte bien noir et pas très joyeux... N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! =)



Monologue (ou, le syndrome d'un dépressif)




Je déteste les enfants. Vraiment. Je les hais. Quoi de plus stupide qu’un enfant ? Quoi de plus con qu’un mioche persuadé que tout finira toujours par s’arranger ? Certains trouvent cela touchant. Moi ça m’horripile. Si j’avais su moi je n’aurais jamais été enfant. Je n’aurais jamais consommé tout ces sourires quand il n’y avait pas de quoi si on m’avait prévenu que les réserves étaient limitées. J’ai étalé de l’optimisme sur mes bleus durant toute mon enfance, c’est peut-être pour ça que maintenant je ne sais plus faire. J’ai tout gaspillé alors que je n’avais aucune raison de l’être. J’ai utilisé tout ce que j’avais reçu en naissant sans jamais trouver de quoi refaire les stocks. Evidemment, je suis tombé à court. Si j’avais su j’aurais tout gardé. J’aurais tout enfermé en moi. J’aurais gardé ce trésor si on m’avait dit qu’il était aussi rare ! Mais j’étais con. Comme tout les enfants. Je ne rendais pas compte. On appelle ça l’innocence il parait. Innocence ? Moi je dis ignorance, mais appelez ça comme vous voulez après tout...

Alors oui, je déteste les enfants. L’enfance. L’ignorance qui va tous les bousiller. J’ai envie de leur hurler d’arrêter de prendre la vie à la légère comme ça. Que la vie est tout sauf légère. Ils peuvent être heureux, je ne les empêche pas, mais alors qu’ils sachent ce qu’ils consomment ! Qu’ils arrêtent un peu de la dépenser comme leur dernier argent de poche, pitié ! En fait… En fait je crois que je voudrais qu’ils ne fassent pas les mêmes conneries que moi. Je voudrais qu’ils se gardent un peu de bonheur pour la suite, parce qu’ils en auront foutrement plus besoin que maintenant. Mais évidemment, si les mioches étaient capables de comprendre ça, ce ne serait plus des mioches. Et ils seraient moins cons. Et on arrêterait de les envier de ne pas savoir ce qui les attend. Moi je ne les envie pas. Je ne veux pas redevenir enfant. Pour rien au monde. Et pas seulement parce que mon enfance a été aussi pourrie que le reste de ma vie. J’ai seulement pas envie de me casser la gueule une deuxième fois. J’ai presque touché le fond, pas question de me retaper tout le parcourt depuis le début ! Je sais que la vie est une garce mais même elle n’est pas assez cruelle pour nous faire subir son putain de calvaire deux fois. Quoique, si elle pouvait je crois qu’elle se gênerait pas pour nous. Mais pour le coup j’ai bon espoir. Enregistrez bien cette phrase, je dirais pas ça tout les jours. Faites des réserves vous aussi. Soyez pas aussi cons que moi. Please.

Ne soyez jamais enfant. Enfermez votre Child au fond de vous avec tout les sourires qu’elle contient et ne la laissez sortir qu’au compte goutte. Ou alors cramez tout, de suite. Et crevez immédiatement après. Mais pour ça faut être au courant, et quand on est un gosse, on sait rien. C’est le principe non ? Donc évidemment on se fait tous avoir comme des cons. Si vous saviez comme j’ai eu l’air con moi… J’ai été un gosse vous savez. J’ai été aussi stupide que n’importe quel être humain. Je le suis toujours, mais maintenant au moins je suis plus surpris quand je me casse encore un peu plus la gueule. Toujours ça de pris… Je fais que ça depuis ma naissance alors j’ai fini par intégrer le principe, mais putain on peut dire que ça a pris du temps !

J’ai grandis dans les rues de Canberra en Australie et parfois chez mes 3 frères, quand ils étaient d’assez bonne humeur pour me laisser rentrer. Mes parents ? Pas vu pas pris. La mère s’est cassée assez tôt et le père est mort. Ou l’inverse je ne sais plus. Foutue came. Ce n’est pas plus mal au fond, je n’avais pas besoin de parents pour aggraver encore les choses. Mes frères m’ont rapidement adopté comme punching-ball. A l’époque je ne comprenais pas pourquoi, maintenant je sais qu’il n’y a pas besoin de raison pour démolir quelqu’un. C’est même beaucoup plus drôle quand il n’y a pas de raison particulière. J’ai appris le tatouage auprès d’un sdf maori fraichement débarqué de Nouvelle-Zélande. Ce con est mort quelque mois plus tard. Piqûre d’araignée. Une Redback. Mortelle. Un de mes premiers tatouages, sur l’omoplate gauche. Malgré le tattoo je suis devenu arachnophobe sévère pour tout spécimen au dessous de la raisonnable taille de 3 centimètres. Ne cherchez pas : plus c’est petit, plus la crise de nerfs est dure. Les Redbacks font environ 1 cm. Ceci dit, elles m’ont bien servies les petites. A peine une semaine après l’incident avec le maori, mes 3 frères décédaient dans d’atroces souffrances et moi j’étais libre. De tomber encore plus bas, mais ça je ne l’avais pas encore compris. Je vous dis : ça a pris du temps.

Je me suis cassé. Loin. Je voulais fuir et commencer une nouvelle vie. Peu m’importait où, juste ailleurs. Avion. Soute. J’ai faillis mourir de froid. Malheureusement je suis arrivé à Roissy vivant. Après les rues de l’Australie, je goûtais à celles de Paris. Et honnêtement ? Moins de soleil. A part ça c’était la même. Mais peu importait encore une fois, j’étais libre et j’avais 13 ans.

Je parle comme un vieux con… Pourtant je me sens encore jeune. Trop. Trop pour savoir vivre. Vivre, c’est difficile vous savez ? C’est un métier. Un art. Moi je ne sais pas vivre. Je n’ai jamais su. A l’époque je croyais savoir. Maintenant je sais surtout que c’est foutu. Je ne me débrouillais pas trop mal pourtant. Je survivais tant bien que mal, bien tranquillement. Avec le tattoo. Ca a duré un bout de temps. Un an peut-être… Moins de 2 c’est sûr.

Et puis je l’ai rencontré, elle. Enfin, à l’époque c’était encore Elle. Avec majuscule et lueur d’adoration dans le regard. Une camée. Même pas belle. Même pas intelligente. Même pas heureuse. Rien. Sauf… Sauf qu’elle avait été gentille. Avec moi. Elle m’a même sauvé la vie. Il faut me comprendre ! C’était la première fois… La toute première fois que quelqu’un avait l’air d’y tenir.

« Tu mérites mieux que crever là »

Ca m’a fait un drôle de choc… J’ai voulu y croire ! Alors je suis resté. J’ai fais tout ce qu’elle me demandait. J’aurais fait n’importe quoi pour retrouver l’éclat de douceur que j’avais vu dans son regard la première fois, n’importe quoi… Et je ne m’en suis pas privé. Je l’ai rassurée en manque, supportée en trip, je l’ai fait rire, sourire, je lui trouvais sa bouffe, l’endroit où dormir… J’ai même fini dealer pour payer sa came.

Vous savez, le propre des chiens de Lydao, leur marque de fabrique, c’est de ne pas savoir dire ces 3 mots fatidiques. C’est comme ça, ça fait parti des critères de recrutement. Moi je fais pas exception à la règle. J’en suis incapable. Rigoureusement incapable. Je les ai gaspillés pour cette salope. Pour sa gentillesse que je n’ai jamais retrouvée. Je les ai gaspillés alors que je n’aimais pas. Depuis, plus jamais cette phrase n’a franchis mes lèvres. Depuis qu’elle s’est cassée avec un autre deal’. Depuis qu’Elle est devenue « l’autre conne ». Depuis que j’ai compris que ce qu’elle voulait depuis le début c’était de la came gratuite, et peut-être aussi une baise facile de temps à autre. Mais pour ça elle est rapidement allée voir ailleurs. C’est elle qui s’est chargée d’assécher les restes de mon sourire. Fini. Le désert. J’avais épuisé mon quota. Et là j’ai commencé ma descente aux Enfers version accélérée. C’est ce qu’on fait avec les mauvais films pour que ça finisse plus vite non ? On met le film en avance rapide et on regarde bouger les images à toute allure, sans le son. J’aurais voulu faire pareil avec mon existence mais si j’ai accéléré la chute, je n’en vois pas encore le bout. Dans le vaste égout de la vie je ne fais que m’enfoncer toujours plus bas sans trouver le fond… C’est après cette fille que j’ai sérieusement commencé à envisager de me foutre en l’air. Avant j’étais déjà dépressif. Je suis devenu sérieusement suicidaire. Et vaguement psychopathe aussi. Tout pour plaire.

J’ai fini par la retrouver, l’autre conne. Je l’ai attrapée, je l’ai attachée. Seuls dans notre ancien taudis j’ai arraché ses fringues et je me suis défoulé. A ma manière. Mes aiguilles lui ont greffé deux yeux sur le dos des mains, un troisième sur le front et une bouche monstrueuse sur le ventre. J’ai ajouté des cicatrices inquiétantes, des trous dans la peau d’où sortaient des griffes, des os un peu partout… Le tout d’un réalisme criant. Lorsque j’en ai eu fini avec elle, elle n’avait plus de cordes vocales à force de hurler de douleur et ne ressemblait plus à un être humain. Je ne l’ai pas tuée. Je n’y ai même pas songé. Elle finirait bien toute seule par ne plus supporter son reflet et là elle ferait bien ce qu’elle pourrait. Je n’allais pas lui faire ce cadeau.

Aux dernières nouvelles elle est devenue folle. Et pute. Pour payer sa came chérie. Qu’elle réussisse à trouver des clients avec ce qu’elle se trimballe sur la peau m’étonnera toujours. Mais après tout des tarés là-bas il n’y a que ça, alors des gens que baiser un corps de monstre excite ça doit pouvoir se trouver.

Ce soir là j’ai faillis mettre un terme à tout ça. J’ai faillis réussir… J’ai faillis crever, à 16 ans j’ai faillis réussir !!

Je dois ma survie miraculeuse à Lydao. C’est là la première fois que je l’ai rencontré. Après que ce connard m’ait… Non, il ne m’a jamais sauvé la vie. Il m’a empêché de crever de suite, il m’a condamné à souffrir encore avant, mais il ne m’a pas sauvé. Ca a été le premier motif de ma haine. Il y en a eu beaucoup d’autre depuis le temps. Des plus intenses. Mais le premier c’est déclaré dès notre première rencontre. Alors qu’il m’avait empêché de mourir. Parce qu’il m’avait empêché de mourir.

Il m’a parlé, beaucoup parlé. De la vie, de ce que je pouvais y faire, de revanche, de douleur, de noirceur… J’avais 16 ans et j’étais paumé ! Je l’ai suivi. Je le regretterais toujours, évidemment.

« T’as l’air gentil comme ça, mais je sais ce que tu es capable de faire »

Ca me résume bien. I’m not a good guy.

La phrase fait sourire quand je la dis. Beaucoup moins quand mes gentils junks découvrent ce qu’elle implique.

Je suis devenu au fil des années un des meilleurs dealer de Lydao. Le préposé aux cas sociaux. J’en suis moi-même un comme dirais l’autre alors évidemment… Ils pensent que je peux les comprendre. C’est un fait, je peux. Que je peux les aider. Au moins à leur faire oublier leur situation pour un moment. Que je suis gentil. Aïe.

Je me souviens d’une arachnophobe sur laquelle j’avais gravé une ribambelle de petites araignées sur les avants bras. De jolies veuves noires. Je m’étais vraiment appliqué et elles paraissaient plus vraies que nature. De crise de nerfs en crise de nerf la pauvre petite avait tellement augmenté les dosages de ses shoots qu’elle croyait les voir s’extraire de sa peau et lui courir dessus. Au final elle s’est complètement écorchée la peau des bras et je devais lui faire ses piqures dans le cou.

Je suis celui qui les tue. A petit feux. Je suis celui qui les torture. Lentement. Et qui y prend plaisir. Je suis aussi celui qui au final les achèvera. Pour cela et seulement cela, oui, je suis gentil et compatissant.

Quelqu’un m’a dit quand j’étais gamin que j’étais fait pour la lumière. Avec ma peau dorée, mes cheveux entre le blond, le roux et le châtain et mes yeux lumineux j’accrochais plutôt bien le soleil. Ma peau s’est faite dévorée par l’encre, morceau par morceau. Mes cheveux n’accrochent plus rien que la lumière des néons et des lampadaires depuis bien longtemps. Et mes yeux sont aussi morts que la came qui me pourrit les veines. Je suis une salamandre rachitique qui n’attend plus que de disparaître enfin. J’ai aussi une salamandre dans le cou. Un de mes plus joyeux tattoo. Un des plus anciens aussi.

Je survis, de dose en dose, sous les sarcasmes de Lydao qui prend un plaisir immense à me voir réclamer la mort. Je ne voulais pas me camer. Vraiment pas. Je suis dealer, merde ! Je sais ce que ça fait cette pourriture ! Mais ce salopard a recommencé à parler. Il me l’a présenté comme un moyen de crever, un moyen de mourir, mais un moyen de mourir en souriant, de rêver... Moi qui ne savais plus ce que c’était que le bonheur… J’ai cédé. Comme toujours, je le regrette.

Pourquoi je ne me suicide pas ? Mais j’ai essayé que croyez vous ? Que tout ça c’est du vent ? Des paroles en l’air ? Je suis pas assez léger pour ça. J’ai plus d’ailes pour voler. Alors ouais. Quand tout deviens bien trop insupportable... Que je n’en peux plus de regarder les gens vivre autour de moi… Qu’un simple rire me donne des envies de meurtre. De torture. Ou simplement un monstrueux besoin de pleurer... Là, je cède.

J’ai fais à ce jour une dizaine de tentatives depuis mon entrée au service du pire d’entre nous. Toutes ont toujours échoué. Pour diverses raisons. Par hasard. Il faut croire que je suis maudit.

Même la mort ne veut pas de moi.

Mais que me reste-il donc à vivre sur cette foutue planète ? Quelle nouvelle chute à supporter ? Quel nouveau cauchemar à endurer ? Quel meurtre à accomplir ?

… Peut-être celui de Lydao ? Je veux que cette enflure disparaisse de la surface de la terre, je donnerais n’importe quoi pour ça. Je sais bien que je ne peux rien faire contre, je ne suis pas complètement stupide, mais je… Non. Peut-être que c’est encore autre chose qui m’empêche de crever. Peut-être même que c’est quelque chose d’un peu moins crade que tout le reste. Mais ça, ne comptez pas sur moi pour en parler. C’est mon dernier bout de lumière. Et je ne le partagerais pas.



FIN
.



Err0r System.



PS : Gardez bien à l'esprit que ce texte date hein ^^' Il est très loin d'être parfait, et très adolescent...
Haut
Profil  
Message Publié : Mer 10 Oct 2012 19:05:16    Sujet du message : Re: Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Avatar de l’utilisateur
Aucune Étoile du Temps

Message(s) : 89
Inscription : 25 Août 2012
Âge : 22
Localisation : Pays de la Loire

C'est un peu trop long >.<

•-๑۩۞۩๑~CORE GAMING~●~SUPER PLAYING~๑۩۞۩๑-•
Haut
Profil  
Message Publié : Mer 10 Oct 2012 23:23:51    Sujet du message : Re: Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Avatar de l’utilisateur
Aucune Étoile du Temps

Message(s) : 24
Inscription : 09 Août 2012
Âge : 28

Eh ben c'est bien sombre comme texte !

Sinon ben si c'est un de tes premiers textes c'était déjà de bonne facture. On voit le travail effectué depuis - tes textes sont plus fluides - Après c'est peut-être un peu plus haché - agressif en raison du sujet du texte, je ne sais pas ^^ !
Haut
Profil  
Message Publié : Mer 10 Oct 2012 23:30:55    Sujet du message : Re: Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Avatar de l’utilisateur
Aucune Étoile du Temps

Message(s) : 2
Inscription : 10 Oct 2012
Âge : 25

Foxethenn il a peut-être des problèmes pour lire, faut l'excuser.

Mais pour faire la balance je vais donner une critique de ce fait très constructive, argumentée de réflexions profondes et intenses.


Moi j'aime bien.

Image
Haut
Profil  
Message Publié : Jeu 11 Oct 2012 00:48:57    Sujet du message : Re: Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Avatar de l’utilisateur
2 Super Étoiles du Temps

Message(s) : 2787
Inscription : 01 Jan 2005
Âge : 32
Localisation : Bordeaux

Si c'est pas autobiographique j'aime bien, c'est rudement bien écrit.

Si ça l'est, bah je sais pas trop quoi dire, c'est presque malsain, mais on se demande comment tu serais arrivé ici :p



Bien entendu je penche fortement pour l'hypothèse n°1 :)

Image
Haut
Profil  
Message Publié : Jeu 11 Oct 2012 22:19:26    Sujet du message : Re: Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Avatar de l’utilisateur
Aucune Étoile du Temps

Message(s) : 89
Inscription : 25 Août 2012
Âge : 22
Localisation : Pays de la Loire

J'ai finalement lu, et c'est clair que pour moi c'est un texte qui amène à beaucoup de réflexion sur l'histoire du "perso principal" mais au niveau de la qualité d'écriture je pourrais te dire je suis vraiment mauvais dans ce genre de chose, mais y a de jolies tournures :) Je préférerais étudier ça que tout les textes qu'on a eut jusqu'en première

•-๑۩۞۩๑~CORE GAMING~●~SUPER PLAYING~๑۩۞۩๑-•
Haut
Profil  
Message Publié : Dim 14 Oct 2012 18:51:11    Sujet du message : Re: Monologue (ou : le syndrome d'un dépressif)
Aucune Étoile du Temps

Message(s) : 12
Inscription : 04 Oct 2012

• Arkhitect
Eh ben c'est bien sombre comme texte !

Sinon ben si c'est un de tes premiers textes c'était déjà de bonne facture. On voit le travail effectué depuis - tes textes sont plus fluides - Après c'est peut-être un peu plus haché - agressif en raison du sujet du texte, je ne sais pas ^^ !


Ce n'est pas l'un des tout premier, tout de même, mais merci beaucoup ^^ Après le côté haché avec les phrases très courtes c'est fait exprès oui =) Ca donne un côté plus agressif au texte, et ce personnage l'est plutôt... ^^

• Nyo
Foxethenn il a peut-être des problèmes pour lire, faut l'excuser.

Mais pour faire la balance je vais donner une critique de ce fait très constructive, argumentée de réflexions profondes et intenses.


Moi j'aime bien.


*réflexion profonde sur la dernière phrase du message* xD

• Arkthus
Si c'est pas autobiographique j'aime bien, c'est rudement bien écrit.

Si ça l'est, bah je sais pas trop quoi dire, c'est presque malsain, mais on se demande comment tu serais arrivé ici :p



Bien entendu je penche fortement pour l'hypothèse n°1 :)


Mmmmh... Attend, avant de répondre je réfléchis aux conséquences qu'aurait le fait de me faire passer pour une junkie sur ce forum... xD Non, ça n'est pas autobiographique. Mais merci beaucoup ^^ (Et oui ce personnage est vaguement malsain... Il est quand même drogué, dealer et suicidaire xD)

• FoxEthenn
J'ai finalement lu, et c'est clair que pour moi c'est un texte qui amène à beaucoup de réflexion sur l'histoire du "perso principal" mais au niveau de la qualité d'écriture je pourrais te dire je suis vraiment mauvais dans ce genre de chose, mais y a de jolies tournures :) Je préférerais étudier ça que tout les textes qu'on a eut jusqu'en première


Finalement tu as pris ton courage à deux mains pour lire ce pavé ? xD Merci ! C'est sûr que ce perso est assez torturé et qu'il amène à réfléchir sur certaine choses... Après je ne partage pas du tout son point de vue sur certains sujets ! ^^ Ce texte à étudier en français ? xD Il ne faut pas rêver non plus, il est loin d'être assez complexe (et je ne suis pas une professionnelle) ^^' Mais merci beaucoup, ça me fait plaisir =D
Haut
Profil  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Space Pilot 3K template by Jakob Persson
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB